#8 Réunis dans la Joie.

Bonjour.  Je suis le Père Edwin Keel.  Je suis un prêtre Mariste et le Promoteur de la laicité  
Mariste.  Ceci est la huitième de notre série d’exposés à propos de la spiritualité Mariste.

Jusqu’à présent, nous nous sommes concentrés sur les attitudes spirituelles personnelles, individuelles
et interieures.  Et dans un sens, c’est là que commence notre vie spirituelle : à partir d’une experience
personelle de la grace de Dieu et de la conversion personelle de notre coeur.  Et pourtant, cela n’est
pas une image complète.  Après tout, nous ne serions pas convertis si nous n’avions pas entendu la
Bonne Nouvelle, de nos parents ou educateurs ou conseillés ou prédicateurs ou bien par l’exemple de
ceux qui vivent une vie fidèle au service.  Il est probable que la rencontre personelle et directe avec le
Christ ressuscité, telle l’experience de St Paul, est rare.  Notre foi nous est le plus souvent
communiquée et nourie en nous par ‘la grande nuée de témoins’ dont parle la lettre aux Hébreux :  
nous héritons le dont de la foi d’autres qui sont passés avant nous ou bien qui marchent à nos côtés
en ce moment même.

Mais ce n’est pas tout.  La participation des autres dans notre vie de foi n’est pas simplement parce
que nous avons besoin de quelqu’un pour nous communiquer la foi.  Elle n’est pas non plus
parceque nous avons besoin du support d’autruit pour vivre ce qu’est la vie exigeante de l’Evangile.  
Elle n’est pas non plus parceque la force est dans le nombre et donc que l’Evangile est mieux servi s’
il y a beaucoup de personnes pour le vivre dans le monde.  Nous pourrions plutôt dire que nous
sommes sauvés en tant que membres d’une communauté.  Et plus, que le salut n’est pas seulement
une question du salut d’âmes individuelles, mais que le salut forgé dans le Christ est aussi le salut de
la dimension sociale de l’existence humaine :  Dieu dans le Christ nous réconciliait à Dieu, mais aussi
nous réconciliait entre nous.  Le Christ est venu pour guérir la race humaine, pour conquérir les
divisions, les haines, les conflits que nous ressentons et qui sont enchevêtrés ici sur terre.  Nous
voudrions explorer cette dimension sociale de nos vie de foi pendant ces prochains mois.

Commençons par considérer que la plupart des Chrétiens appartiennent d’une façon ou d’une autre à
une église.  Le mot Anglais « church » semble être dérivé de la phrase Grecque Kyriadon doma qui
veut dire « La maison du Seigneur ».  Ainsi, l’emphase est sur le bâtiment et seulement
secondairement sur le peuple qui y rend grace.  Mais dans le Grec du Nouveau Testament, un mot
different est utilisé pour ce que nous appellons église :  ekklesia.  En Latin, c’est la même chose :  
ecclesia, le mot duquel nous dérivons l’Anglais « ecclesiastical » [et en Français « ecclesiastique »].  
Et bien, le mot Grecque ekklesia veut dire une assemblée our un rassemblement, litéralement  le
rassemblement de ceux qui ont été « appelés ensemble ».  L’église est l’assemblée de ceux que Dieu
a réunis par la mort et la resurrection du Christ et qu’il reforme en une nouvelle famille humaine,
rachetée et réconciliée.  Nous sommes le peuple que le Christ a appelé ensemble et à qui il a donné
son nouveau commandement :  « aimez-vous comme je vous ai aimés. »  La loi de Moïse nous
commandait d’aimer notre prochain comme nous même et de détester notre enemi.  Le Christ nous
commande d’aimer nos enemis.  Et il nous commande de nous aimer les uns les autres comme il
nous a aimés.  Et comment nous a-t-il aimés ?  Comme celui qui est devenu notre ami même quand
nous étions pêcheurs et a donné sa vie pour nous dont il avait fait ses amis.

D’une certaine façon cela nous semble un défit redoutable – aimer comme a aimé le Christ.  Et nous
allons en explorer les diverses dimensions dans les mois qui suivent.  Mais commençons comme nous
avons commencé toute cette série d’exposés dans la joie.  Quelle joie de savoir, par la foi qui nous a
été communiquée par nos compagnons dans la Chrétienté que nous sommes sauvés, que malgré nos
péchés et notre indignité nous sommes acceptés par Dieu dans le Christ et trouvés dignes !  Quelle
joie lorsque nous nous trouvons parmi un peuple aimant la paix, pardonnant (et combien la déception
est grande, même écrasante lorsqu’on ressent le rejet ou qu’on vie le factionalisme et la compétition
et les chamailleries dans la communauté de l’église) !

Car Dieu nous a réunis dans la joie.  Dieu lui même s’enchante de nous, du peuple qu’il a racheté
dans le Christ, le peuple parmi lequel il opère son salut et la guérison de la race humaine.  Nous
pouvons vraiment dire que l’église est l’assemblée de ceux qui sont réunis par la joie, par le désir de
Dieu d’être enchanté de son peuple, et par notre joie de connaitre la gracieuse et abondante
miséricorde de notre Dieu.

Marie fut la première a connaitre le salut que Dieu apportait en Jésus Christ.  Elle fut la première à se
réjouir de Dieu son sauveur.  Elle est le modèle ou l’archétype ou l’image de l’Eglise.  Elle nous
invite a partager sa joie et a rendre l’Eglise un lieu de joie.  
Ceci est la voie de Marie.  
C’est la voie Mariste.
Explorer la maniere mariste

en francais